Y a-t-il vraiment un gène de violence ?


Violence
Violence

« Il y avait trois gènes, comme vous l’avez mentionné. Appelés gènes de la violence ou les gènes mauvais comportement. Mais ce qu’ils ont trouvé était que si les gens avaient ces gènes, ils sont beaucoup plus susceptibles d’être violents. Mais Il y avait certains facteurs qui les déclenchent comme: le stress, les problèmes familiaux, la faible popularité, à défaut à l’école« . C’est le constat du Dr Sanjay Gupta.

Ce dernier se réfère à la monoamine oxydase A (MAO). Environ un tiers des hommes blancs hérite l’allèle 3-répétition de MAO (MAOA-3R), ce gène a attiré une attention considérable lors de la recherche du comportement agressif chez les humains. Cependant, tous les autres groupes, en particulier les Afro-Américains, ont une fréquence beaucoup plus grande des allèles, MAOA-3R est la version la plus courante du gène. Gupta faisait référence à une étude de trois gènes de la violence potentiellement pathogènes. L’un était le couple hétérozygote de l’allèle de Taq1A ANKK1 (que l’on croyait appartenir à DRD2), trouvé dans 37% des sujets.

Un autre était allèle 10-répétition de DAT1, trouvé dans 95% des sujets. Cependant, la plus forte association avec violence a eu lieu dans le troisième gène, MAO, spécifiquement l’allèle 2-répétition (MAOA-2R). on a déjà montré comment cette version particulièrement violent du «gène guerrier » se trouve plus fréquemment chez les hommes afro-américains que chez les hommes blancs ou asiatiques. Récemment, une étude inhabituel rempli certaines lacunes dans les connaissances sur cet allèle très peu étudié, en particulier son effet sur les hommes afro-américains.

Un aspect inhabituel de cette étude, ils ont essentiellement réexaminé exactement les mêmes données figurant dans l’étude de Gupta. Ce dernier a déterminé qu’avec MAOA-2R en allèle double le taux de délinquance grave et violent augmente. L’impact est plus grand chez les personnes âgées de douze à quinze ans. Tous les trois documents sont obtenus des données de National Longitudinal Study of Adolescent Health qui ont examiné environ 20 000 participants. Cependant, seulement un septième de l’ADN de l’échantillon fourni. Donc serait-t-il juste de confirmé que il y a un gène responsable du comportement agressif ou faut-il juste dire que l’influence est purement psychologique ?

Y a-t-il vraiment un gène de violence ?
Y a-t-il vraiment un gène de violence ?

Previous Marvel Studio annonce ses nouveaux films pour les prochains 5 ans
Next Ligue 1: Match AS Monaco vs Stade de Reims en direct streaming sur beIN Sport 1 dès 20h30

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *